Arrak%20eta%20garrak:%20chronique%20dune%20censure

Arrak eta garrak: chronique d’une censure

10 Décembre 2011 | Le Journal du Pays Basque

Une semaine. C’est le temps qu’aura duré l’exposition inaugurée le 7 décembre dans un bar-restaurant de Bayonne. Pire encore, l’exposition a dû être démontée le lendemain du vernissage. Il nous faut bien admettre qu’au XXIe siècle, la censure existe encore.

Des pénis. En effet, ce sont les pénis qui sont au centre de l’exposition intitulée Arrak eta garrak, mais, il faut regarder au-delà, cette exposition met en évidence l’homme dans son intimité, l’homme dans toute sa simplicité. L’homme sous le coup d’une émotion. Pourtant, une partie de la clientèle n’a rien vu d’autre que l’omniprésence de ces pénis et a eu pour conséquence le retrait de l’exposition, prévue pour un mois.

Qu’est-ce qui est à l’origine de cette discorde? Qu’est qui peut, au XXIe siècle, entraîner le retrait d’une exposition? Comment comprendre une telle réaction alors même que nous approuvons les images violentes, crues, pornographiques que nous consommons à la télévision? Que ces images ne nous choquent plus. La télévision n’hésite pas à nous diffuser les images des bombardements en Libye, nous parler de meurtres, assassinats, génocide, la violence de la catastrophe écologique de Fukushima, ou encore des films et téléfilms où la violence est de mise. Nous sommes confrontés quotidiennement à la télé, au cinéma, dans la presse écrite, à la radio, dans la littérature à des sujets qui nous agressent, qui nous renvoient une image crue de la réalité. Mais nous les regardons, nous les admettons. Même certains dessins animés qui s’adressent aux enfants sont porteurs de violence, et parfois d’un certain érotisme, mais nous ne les censurons pas.

Et si ça avait été des femmes? Les réactions auraient-elles été aussi violentes? Il est vrai que le sexe féminin est moins apparent. Mais pas seulement. Des images de femmes nues ont traversé les siècles, elles ont été peintes, diffusées en toute normalité dans l’art, la publicité… Le corps féminin, la femme sert encore à vendre tout et n’importe quoi, la femme est devenue une femme-objet. Dans notre société moderne, le sexe reste un sujet tabou. En fait, plus que les pénis, ce sont les situations où les pénis sont représentés en érection qui ont perturbé. En effet, une femme qui a un orgasme, ça se voit moins, du moins physiquement, et cela semble plus acceptable. Si l’artiste avait représenté des femmes nues, il aurait certainement obtenu un accord tacite de la part du public.

Mais non, ces pénis mis en évidence, si crus, si tabous, ces érections ont choqué. L’artiste déclarait lui-même que le but poursuivi par cette exposition était d’essayer de contribuer à révolutionner l’art, de faire naître des émotions au public, de les faire émerger, de toucher le public, l’attirer, le faire sourire, ou tout son contraire. L’artiste a ajouté qu’il souhaitait par cette exposition affronter le puritanisme et le conservatisme, et lancer un appel en faveur de la liberté et du plaisir.

Défi relevé, on aime ou on n’aime, et c’est notre droit. Eprouver des émotions différentes et avoir des goûts différents face à la proposition d’un artiste, et le fait de ne pas aimer voir des hommes nus, ou de trouver ces peintures répugnantes appartient à chacun. Au final, créer une réaction indique que l’artiste est parvenu à créer des émotions, favorables ou défavorables, mais il a atteint son objectif. L’art est subjectif, certes, mais le fait de ne pas aimer un tableau, de le vivre comme une provocation, d’être choqué ne devrait pas amener le retrait de ces peintures. Il en va du respect que nous devons à l’artiste. Comme le disait Picasso, "l’art n’est pas chaste, s’il devient chaste, alors ce n’est plus de l’art".

| consulter


IF%20et%20le%20college%20Xalbador:%20presentation%20du%20projet%20realise

IF et le collège Xalbador: présentation du projet réalisé

30 Juin 2020 | Gure Irratia | Panpi Merkapide

Depuis septembre dernier, le collège Xalbador a développé le projet "Elkarbizitza artez eta partez" (Vivre ensemble, par l'art et l'implication). La Vie Scolaire et le centres d'information et de documentation ont mis au travail les élèves de 6e. Ils ont représenté le sujet avec leurs mots et dessins. Dans un second temps, ils ont laissé carte blanche à l'artiste de l'IF d'Uztaritze qui a réalisé une peinture géante en lien avec le sujet.

| consulter


#ARTdemia sur la TV publique basque

9 Avril 2020

En euskara (langue basque) et en castillan.

| consulter


tTok_%20lart%20dans%20la%20forme%20et%20dans%20le%20fond

tTok, l'art dans la forme et dans le fond

12 Décembre 2019 | Laurent PLATERO | Mediabask

Jusqu'au 5 janvier, Ttok, le nouveau lieu d'expositions d'Ustaritz accueille trois plasticiens. Viviane Michel et Alain Jouve sont accueillis par l'artiste résident If Matxikote.

| consulter


tTok_%20la%20nouvelle%20galerie%20dart_%20est%20nee

tTok, la nouvelle galerie d'art, est née

25 Novembre 2019 | Sud Ouest - Belxa

Une nouvelle galerie dédiée à l'art sous toutes ses formes est née. Son nom: tTok. On peut y entrer en toquant à sa porte sans hésiter tous les jours de la semaine, du lundi au jeudi de 10 heures à 19 heures et le vendredi de 10 heures à 17 heures. Elle est basée à Joaniskobaita, Purgu (à coté du restaurant Chez Pélot) et iF Matxikote qui est a l'origine de sa création a décidé d'y inviter trois artistes par trimestre à compter de ce mois de novembre.

| consulter


Ttok:%20artistentzat%20erakusleiho%20berri%20bat%20Uztaritzen

Ttok: artistentzat erakusleiho berri bat Uztaritzen

13 Novembre 2019 | Gure Irratia

Erakusketa gela berri bat bada Uztaritzen (Labourd jatetxearen ondoan), Ttok deitzen dena.

| consulter


GaztEKaitza:%20lau%20artisten%20lanak%20ikusgai%20Donibane%20Garazin

GaztEKaitza: lau artisten lanak ikusgai Donibane Garazin

3 Octobre 2019 | Kazeta.eus

Bost urteren ondotik, bigarrenez antolatu dute GaztEKaitza erakusketa. Heldu den urriaren 4tik azaroaren 1era Itzal Aktiboa kolektiboko lau artista lapurtarren lanak ikusi ahalko dira Baxe Nafarroako hirian.

| consulter


Un bel hommage rendu à Mikel Laboa

30 Novembre 2018 | Sud-Ouest - Belxa

L'école de musique intercommunale Musikas organise une grande journée en hommage au chanteur basque Mikel Laboa, demain, de 10 heures à 18 heures, à Ustaritz. Le projet est soutenu par la Communauté d'agglomération Pays basque, le Département des Pyrénées-Atlantiques et l'Institut culturel basque. Il bénéficie du soutien actif des jeunes du collège Xalbador Seaska de Cambo, du lycée Saint-Joseph d'Ustaritz et de Uztaritzeko ikastola.

| consulter


Yves%20Matxikote%20ou%20lart%20vu%20en%20rose

Yves Matxikote ou l’art vu en rose

10 Novembre 2014 | Sud-Ouest

Yves Matxikote, dont le nom de créateur est "iF", était l’un des quatre invités de l’exposition nommée "GazteKaitza" et organisée par l’association Itzal Aktiboa à la prison des Évêques de Donibane Garazi jusqu’au 1er novembre. Il présentait là sa série d’acryliques sur bois, baptisée en basque "Isilduak" (soit, en français, "ceux que l’on tait").

| consulter


ZAZPI emankizuna

18 Juin 2012 | Kanaldude

Rencontre avec If Matxikote, artiste peintre d'Ustaritz. Émission de juin 2012

| consulter


Les%20males%20fantasmes%20dYves%20Matxikote%20contraints%20a%20se%20retirer

Les mâles fantasmés d’Yves Matxikote contraints à se retirer

9 Décembre 2011 | Le Journal du Pays Basque

L’exposition d’Yves Matxikote, dit iF, au Kalostrape aura résisté une semaine à la censure. Son travail Arrak eta garrak, traduisez "Mâles et fantasmes", a affronté la pudibonderie, mais a perdu. "Cette bataille, mais pas la guerre", précise l’artiste. La pomme de la discorde, les tableaux de l’artiste mettant en scène des hommes "sous le coup de l’émotion", comme il le dit lui-même, autrement dit en érection ou au repos. Certains clients du restaurant auraient refusé de manger sous un de ses tableaux, voire auraient quitté le Kalostrape.

| consulter


iF%20artista%20lapurtarraren%20lanak_%20Zelai%20Arizti%20Kultur%20Etxeko%20erakustokian

iF artista lapurtarraren lanak, Zelai Arizti Kultur Etxeko erakustokian

27 Septembre 2011 | Goierriko Hitza

Erretzailea, akrilikoa oihal gainean Yves Matxikote iF ezizena erabiltzen duen artistaren margolanak ikusgai jarriko dituzte ostiraletik aurrera, Zelai Arizti Kultur Etxeko areto nagusian. Zumarragara ekarriko dituen lanak hiru motatakoak iza...

| consulter